Créateur d'Univers
Accueil Bibliographie Liens Publicités 1° de Couverture Biographie

 

Universe maker 1953
New york : Ace
(Version remaniée de "The shadow men" in Stratling Stories, 01/1950)

illustration Tim White Traduction Michel Deutsch
pour "Les cahiers de la Science-Fiction" n° 9
Satellite en 1959

"J'ai lu" n° 529 en 1974

 

   Le lieutenant Morton Gargill est ivre mort lorsqu’une jeune femme, Marie Chanette, lui demande de la reconduire chez elle. En route, Cargill perd le contrôle de sa voiture et provoque la mort de sa passagère. Il fuit et rejoint son unité.

   Un an plus tard, il reçoit une invitation signée Marie Chanette. Intrigué, il s’y rend et reconnaît sa victime. Qui plus est, elle lui montre des photos extrêmement nettes de l’accident où l’on voit Cargill abandonnant le corps de la malheureuse.

   C’est alors qu’elle lui tend une carte où sont tracées, en caractères lumineux, ces lignes :
  "La Société intertemporelle pour le réajustement psychologique recommande une cure à l’intention du lieutenant Morton Gargill.
   Crime : assassinat.
   Thérapeutique : assassinat du sujet."

   C'est un roman complexe où les paradoxes temporels sont habilement gérés. Le lieutenant Morton Cargill commence sont voyage suite à une cuite phénoménale. La rencontre avec trois sociétés différentes d'un temps futur, aux relations conflictuelles pour ne pas dire guerrière, met Cargill dans la situation particulière de manipulé ou de  manipulateur. Il va vivre en contact les Mitigés qui squattent les villes restantes de la planète. Il va errer avec les Planiaques dans leurs lent vaisseaux, menant une vie oisive et de de bohême, pour enfin rencontrer les Ombres aux connaissances scientifiques évoluées leur permettant la gestion du temps et des histoires. Cette communauté des Ombres ne va pas sans faire penser aux sociétés virtuelles décrites 4 décennies plus tard, mais Van Vogt aborde là une autre réalité, toujours en usant de technologies irréelles mais plausibles dans ses récits. La question de l'ame est posée.

   La fin du roman ainsi que sa chute, place cette oeuvre dans le peloton de tete des livres traitant de la manipulation du temps. La lecture n'est  pas des plus facile, comme pour nombre d'oeuvres de Van Vogt

  Haut de page